Déclaration de SUD éducation au CDEN du 6 juillet 2012

vendredi 6 juillet 2012
par  SUD Education 63

Alors que le parti du nouveau gouvernement a mené ses campagnes électorales en promettant une politique de reconstruction de l’Ecole, tout indique que l’année scolaire 2012-2013 sera finalement une année de destruction de plus. Cet été, encore une dizaine de milliers de postes disparaîtront dans l’Education nationale. A peine moins que ce que la droite a organisé avant de perdre le pouvoir.

Le gouvernement ne semble pas encore prêt à autre chose que des petits gestes :

  • c’est le droit de partir à la retraite à 60 ans, mais pour un nombre excessivement restreint de salariés.
  • c’est un « coup de pouce » de 0,6 points seulement pour le SMIC ;
  • ce sont des re-créations de postes à hauteur d’environ 1,5% des 80 000 postes supprimés en quelques années par la droite, et en n’y affectant pas toujours des personnels ayant le même statut qu’avant fermeture ;
  • c’est la suppression de la réforme sur l’évaluation des enseignants sans remettre en cause la logique inepte des promotions au mérite et des progessions salariales très inégalitaires ;
  • c’est la suppression de la centralisation des résultats des évaluations nationales tout en maintenant ces évaluations, en annonçant le maintien du livret personnel de compétences et sans dénoncer les nombreux systèmes de fichage des élèves et des enseignants ;
  • ce sont des discussions sur l’aménagement des rythmes scolaires en oubliant le fait que la fatigue et le stress des enfants à l’école sont aussi, et peut être surtout, liés aux contenus des programmes, au nombre d’élèves par classe et au traitement de la difficulté scolaire ;
  • c’est une décharge de service de 3h pour les enseignants stagiaires en oubliant que le temps devant élèves restera quasiment le triple de ce qu’il était avant la masterisation.

Nous regrettons enfin que dans ces débats autour de l’Ecole, rien ne soit fait pour associer les personnels de l’Education nationale pourtant concernées au premier plan.

Un véritable plan d’urgence aurait nécessité plus, à tous les niveaux d’enseignement et dans les services.

Dans ces conditions on peut s’attendre à ce que la rentrée soit agitée dans plusieurs écoles et établissements du département où les collègues et les parents d’élève n’accepteront pas la rentrée qui leur est préparée.

A SUD éducation, nous soutiendrons les secteurs en lutte et œuvrerons à les fédérer.

SUD éducation continue à revendiquer :

  • La réouverture des 2500 postes RASED supprimés, la mise en place de formations spécialisées pour rétablir les réseaux d’aides complets, créer des postes de Maîtres E et G, de psychologues,
  • L’augmentation des moyens de remplacement, la baisse significative des effectifs-classe par des créations de postes à la hauteur des besoins,
  • Le réemploi et la titularisation sans conditions de concours ni discriminations de nationalité de tous les précaires,
  • Le retour au tiers temps face aux élèves pour les stagiaires,
  • Mais aussi la suppression des dispositifs liberticides : Livret personnel de compétences, systèmes de fichage centralisé des élèves et des personnels,
  • Et l’arrêt des atteintes aux libertés syndicales et le rétablissement dans leurs droits des militants sanctionnés.

Agenda

<<

2017

 

<<

Juin

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois