COMPTE RENDU DE L’AUDIENCE AVEC LE RECTEUR

Rassemblement 10/11/2020
vendredi 13 novembre 2020
par  SUD Education 63

Le recteur s’engage à ce qu’un-e enseignant-e qui est à 100 % en présentiel ne fera pas de distanciel.

Le recteur s’engage à défendre les collègues mis-es en défaut par des parents qui refusent que leur enfant porte le masque.

Il n’a en revanche pas pris d’engagement pour recruter d’urgence des personnels.

Lire le compte rendu complet ci-dessous.

Présents : Le Recteur, le directeur de Cabinet, le secrétaire général, le Délégué Académique au Numérique (DAN)
Pour les Organisations Syndicales : 1 FSU, 1FO, 1 CGT, 1 SUD éducation

Pour la première fois depuis sa nomination, le recteur a daigné nous rencontrer, signe que l’heure est importante… Si lors de l’entrevue l’administration a semblé être à notre écoute et préoccupée à juste titre par la situation, le recteur ne s’est engagé sur à peu près rien, prétextant que ce n’est pas son rôle (mais alors à quoi sert-il ?), et qu’il se contenterait de rapporter fidèlement nos demandes auprès du ministre.

  • Nous avons fait une demande de passage en demi-groupes dans les établissements scolaires, notamment au collège pour qu’il y ait moins d’élèves simultanément dans les locaux. Le recteur en a pris note et affirme faire remonter notre demande, même si seul un cadrage national sur les collèges pourrait a priori le permettre. Il a déclaré que ce serait une solution lourde en organisation, qu’un accueil au sein des établissements pour les élèves est important et qu’il faut les maintenir ouverts.

Fait important, il a affirmé plusieurs fois qu’un-e enseignant-e qui est à 100 % en présentiel ne fera pas de distanciel.

  • Nous avons également demandé un recrutement massif de personnels (enseignant-e-s, médecins scolaires, CPE, AESH, infirmières, assistantes sociales) pour alléger les effectifs en classe et mieux accompagner nos élèves dans le contexte actuel.

Réponse du recteur : concernant le recrutement de personnel, ce n’est pas d’actualité, et il ne dispose d’aucun moyen (mais alors à quoi sert-il ?). IIs ne prendront pas de personnels sur liste complémentaire. Il nous rappelle que 1280 postes de plus ont été ouverts à la rentrée dans le premier degré.

Or, ce nombre si « important » ne représente que 0,3 % d’augmentation, ce qui est nettement insuffisant, d’autant que la création s’est accompagnée d’un nombre égal de suppressions de postes voire plus dans le second degré. Il est donc urgent de recruter des personnels sur liste complémentaire !

  • Concernant le port du masque par les élèves du primaire, des directeurs et directrices d’école ont été mis-es en difficulté par certains parents, notamment, par des menaces de dépôts de plaintes depuis la rentrée du 2 novembre. On leur oppose que le décret ne fait pas loi et que les enfants n’ont pas l’obligation de porter le masque.

L’administration a rappelé que le port du masque est obligatoire pour tous les élèves à partir de l’école élémentaire, et que si des parents ne sont pas d’accord, il vaut mieux privilégier le dialogue.

Paradoxalement, l’administration nous a dit qu’on ne pouvait pas refuser un enfant sans masque…

L’administration affirme que les enseignant-e-s seront soutenu-e-s en cas de souci par rapport au port du masque. S’il faut une protection fonctionnelle, elle nous certifie que celle-ci sera mise en place. Il semblerait qu’elle ait fait remonter au procureur des faits relatifs à une organisation qui est contre le port du masque pour les élèves de primaire et qui envoie des lettres de menaces nominative contre certain-e-s enseignant-e-s.

En attendant, que faire des enfants non masqués au milieu d’autres élèves masqués, et ce alors-même que le recteur nous rappelle l’obligation du port du masque ? Face à cette contradiction, nous n’avons pas obtenu de réponse… En tout état de cause, SUD éducation appelle les personnels à laisser la hiérarchie trouver une solution en cas de litige avec les parents autour des problèmes liés au port du masque et de nous tenir au courant. Le recteur s’est engagé à nous protéger en cas de problème, il ne faut pas hésiter à le prendre au mot.

  • Concernant le travail numérique, le DAN nous a expliqué qu’un cours filmé en direct n’apportait rien aux élèves qui sont à distance, si ce n’est du stress et la culpabilité de ne pas comprendre. Si un cours est fait uniquement à distance en « visio », il ne serait « efficace » qu’avec un maximum de 15 élèves et s’il ne durait pas plus de 45 minutes.

Pour lui, le cahier de texte de l’ENT est un outil que nous pourrions utiliser, celui-ci serait maintenant un outil opérationnel… Des serveurs ont été achetés par le conseil régional et les conseils départementaux pour palier aux problèmes de connexion du début de confinement.

Ils se sont rendu compte que 25 % des lycéen-ne-s de l’académie n’ont pas de comptes ouverts sur l’ENT… Ils vont donc essayer de leur ouvrir des comptes.

Il serait temps de s’en rendre compte, lors de la première vague on nous avait pourtant assuré que presqu’aucun-e élève n’était sur la touche !

Pour alléger le travail des enseignant-e-s, le DAN nous conseille de mutualiser le travail.

Un plan de continuité pédagogique serait en cours de construction.

L’idée que chaque enseignant-e ait une enveloppe budgétaire pour acheter du matériel informatique a été évoquée.

-* Concernant les masques DIM, on nous a affirmé qu’une enquête contredisait et précisait certaines choses par rapport au port de ce type de masque. Cependant, ils semblent avoir pris l’alerte au sérieux : les masques ont été enlevés et il y a eu un réassort de nouveaux masques.


Agenda

<<

2020

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois