CTA du 18 janvier 2018

vendredi 19 janvier 2018
par  SUD Education 63

Déclaration de SUD éducation

Huit nouveaux postes supprimés pour les agents administratifs de l’académie. Zéro pour l’académie de la maternelle à la terminale. Pas un poste de plus pour la rentrée 2018. Vous pourriez répondre « pas un poste de moins ». Mais assurément cela risque de constituer une dégradation supplémentaire des conditions d’étude et de travail pour toutes et tous :
Pas de baisse des effectifs d’élèves dans les classes
Toujours des difficultés pour assurer les remplacements
Toujours moins d’aide aux élèves en difficulté d’apprentissage
Toujours une enveloppe minimale pour la formation continue
Des effectifs d’élèves bien trop élevés en ULIS ou en SEGPA pour qu’on puisse parler sérieusement d’école inclusive
Davantage encore de sections à public mixte dans les lycées professionnels.

Un projet de réforme du Baccalauréat qui vise à réduire le nombre d’emplois en lycée et un plan étudiant qui demande aux professeurs de terminale de se prononcer sur le devenir de leurs élèves dans le supérieur et cela dès la fin du premier trimestre. On tente ainsi de cacher une volonté de nouvelles réductions des dépenses publiques derrière un nouvel accroissement de la charge de travail des personnels, une usine à gaz qui au final débouchera sur un droit réduit à poursuivre des études supérieures pour de nombreux bacheliers.

La mise en place de CP à 12 élèves en REP, après les REP + à la rentrée 2017, et la mise en place des CE1 à 12 en REP+ et tout cela sans créations spécifiques de postes. Nul doute que les modalités de cette mesure pèsent sur les effectifs de toutes les classes y compris dans les écoles de REP et REP +.
Créer 3880 postes dans le premier degré au niveau national alors que les simples dédoublements de classe en nécessiteraient 6400 c’est mettre toutes les écoles en concurrence et c’est aussi mettre les personnels en concurrence. C’est favoriser la logique du chacun pour soi et à la fin on se retrouve avec une jeune contractuelle en responsabilité en ULIS…

Pas de création de postes mais toujours le recours aux salariés précaires qui lui ne faiblit pas, preuve que les besoins sont bien réels.
Que vont devenir les contractuels recrutés dans le premier degré en octobre dernier ? Seront-ils reconduits ? Seront-ils renvoyés à pôle emploi ? Va-t-on en recruter des nouveaux ? Pour notre part nous revendiquons l’arrêt de ces recrutements, la titularisation et la formation de celles et ceux déjà employés.

Nous sommes à un moment où se met en place la classe dite exceptionnelle qui vient s’ajouter à la classe normale et à la Hors classe. Nos collègues en fin de carrière s’interrogent légitimement sur ce que sera leur dernier salaire pris en compte dans le calcul du montant de leur pension.
« Suis-je éligible à la classe exceptionnelle » ? Telle est la question qui remonte vers nous ces dernières semaines.

Même si SUD éducation et l’Union syndicale SOLIDAIRES ne sont pas signataires du protocole PPCR je voudrais pour finir vous faire part de ce que nous entendons et constatons à propos de cette classe exceptionnelle : il semble au regard des critères retenus que pour être exceptionnel il vaut souvent mieux ne pas avoir d’élèves.
Contre cet arbitraire qui tient lieu de management moderne nous revendiquons une même fin de carrière pour tous et toutes au dernier échelon de la Hors classe actuelle. Cela n’aurait pas coûté plus cher et éviterait une surcharge du travail administratif.


Agenda

<<

2018

 

<<

Mai

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois