Carte scolaire du 31 mars 2015

Déclaration liminaire SUD éducation
mardi 31 mars 2015
par  SUD Education 63

Liste des mesures de carte scolaire proposées en pièce jointe.

Comme en avril 2014, le gouvernement a choisi de repousser les opérations de carte scolaire après des élections, SUD éducation réitère son opposition à cette décision qui retarde d’autant les opérations du mouvement avec des conséquences négatives pour les collègues qui souhaitent muter et sur les personnels administratifs dont la charge de travail est alourdie parce que resserrée sur une période plus courte.

Les 20 postes alloués au Puy-de-Dôme pour la rentrée 2015 ne suffiront pas à offrir de meilleures conditions d’étude et de travail.
Les conclusions de l’étude de Thomas Piketty et Mathieu Valdenaire (École des hautes études en sciences sociales) ont officialisé ce que les enseignants expérimentent depuis longtemps : la réduction de la taille des classes a bel et bien un impact sur les résultats scolaires et peut devenir un instrument efficace de réduction des inégalités à l’école, et ce d’autant plus que les élèves concernés sont issus de milieux défavorisés. SUD éducation, réclame des moyens supplémentaires pour toutes les écoles qui en justifient la demande par un constat de difficultés scolaires et sociales importantes.

Pour SUD éducation, l’allocation de moyens supplémentaires là où sont concentrées les difficultés est une bonne chose mais cela ne doit pas être à moyens constants sous peine de léser les autres écoles. Même si, comme cela a été dit au Comité Technique Académique, le Puy-de-Dôme est considéré comme bien doté, les moyens alloués ne sont pas à la hauteur pour que toutes les classes puissent bénéficier d’effectifs qui permettent de lutter vraiment contre l’échec scolaire. Nous sommes de plus en plus confrontés partout à des difficultés sociales, comportementales et/ou scolaires. Plusieurs études portant sur l’apprentissage de la lecture, sur les résultats des évaluations de début de CE2 attestent aussi de l’impact positif des tailles de classes réduites sur la réussite scolaire. SUD éducation demande des ouvertures de postes partout où les effectifs et/ou les conditions d’étude et de travail le justifient.

SUD éducation réaffirme que la maternelle ne peut pas servir de variable d’ajustement. Dans les nouveaux programmes de maternelle, il est question de la mise en œuvre des apprentissages, dans un cadre bienveillant à l’égard des enfants. Pour SUD éducation, l’affirmation d’une volonté manifeste de restituer sa spécificité à l’école maternelle dans le respect du développement cognitif, affectif et moteur de l’enfant avec des modalités d’apprentissages adaptées est une très bonne chose.
Reste l’essentiel : quelle volonté politique et quels moyens pour la mise en œuvre de ces nouveaux programmes ?

Quelle sécurité affective, quelles relations privilégiées, quelle individualisation des regards dans des locaux exigus, avec des effectifs qui avoisinent trop souvent les 30 élèves par classe ? Pour garantir de bonnes conditions d’accueil et d’apprentissage : il ne faudrait pas dépasser 25 élèves pour un enseignant. La moyenne européenne pour le pré-élémentaire est de 1 enseignant pour 12,9 élèves. Aucun pays européen ne traite si mal ses enfants… Et, par conséquent ses enseignant-e-s !
Malgré « la priorité à l’école primaire », nous ne constatons sur le terrain aucune baisse significative des effectifs. De nombreux collègues estiment que les conditions dans lesquelles enseignants et élèves se retrouvent en situation d’interaction pédagogique pourraient être plus efficiente avec des effectifs appropriés. Tous s’accordent pour souligner que cela permettrait une plus grande attention aux élèves qui en ont le plus besoin, le nombre d’élèves ayant un effet immédiat sur la quantité de travail et d’énergie à fournir. Le métier enseignant requiert un engagement personnel important : le sentiment de ne pouvoir faire ni ce que l’institution et les parents d’élèves demandent de faire, ni ce qu’en tant qu’enseignant on pense devoir faire est anxiogène et participe de « la souffrance ordinaire des enseignants ».
SUD éducation revendique une diminution des effectifs à tous les niveaux pour améliorer les conditions de travail et d’étude.
SUD éducation œuvre pour que que l’Education Nationale puisse accomplir correctement partout et pour tous ses élèves, en particulier les plus fragiles, sa mission de service public, ainsi nous soutenons les demandes de création de postes d’enseignants référents.

Sans réelle volonté politique et sans les moyens matériels et humains nécessaires, l’école continuera de reproduire les inégalités scolaires et sociales.
SUD éducation appelle à la grève nationale interprofessionnelle du 9 avril et dénonce la politique d’austérité des gouvernements successifs qui menace directement l’école publique.

Les mesures ici :

mesures carte scolaire

Agenda

<<

2018

 

<<

Mai

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois