Communiqué de la Fédération SUD éducation

samedi 24 mars 2007
par  SUD Education 63

09 février 2007

La Fédération Sud Education se félicite de la journée de grève et de mobilisation interprofessionnelle dans le secteur public qui s’est déroulée le 8 février.

Au niveau de l’Education nationale, plus de 53% des personnels étaient en grève dans les collèges, lycées, CIO, les écoles primaires… A Paris, plus de 70000 personnes ont défilé (cheminots, postiers, personnels de l’Education nationale), plus de 10000 à Marseille, plus de 4000 à Lyon, Bordeaux…

Pour les enseignants, cette journée représentait une nouvelle étape de mobilisation décidée par l’intersyndicale nationale du second degré contre les projets de Robien.

Réunie juste après la manifestation parisienne, l’intersyndicale a appelé à soutenir les actions locales académiques durant la période des vacances mais n’a pas trouvé d’accord pour lancer un nouvel appel à la grève en mars.

La Fédération Sud Education continuera à participer à l’intersyndicale mais n’est pas signataire du communiqué rendu public aujourd’hui. En effet, c’est aujourd’hui que devrait être publié le décret modifiant les obligations de service des enseignants (les décrets de 50).

C’est une provocation grave à l’égard des personnels. Les motions et les pétitions ne suffisent plus. Certains établissements ont reconduit la grève aujourd’hui. L’assemblée régionale francilienne appelle les personnels à refuser de se soumettre au diktat ministériel et à se mobiliser partout où c’est possible la semaine prochaine. D’autres intersyndicales académiques ont décidé de poursuivre la mobilisation par le recours à la grève : les Bouches du Rhône le 16 février, le Nord le 20 février…

Tout doit être mis en œuvre pour maintenir la pression et déboucher sur une grève nationale à la rentrée.

Après les enseignants du secondaire, le premier degré est attaqué avec la mise en place des EPEP. Là encore, le temps est compté. En Ile de France et ailleurs, les intersyndicales se concertent pour rendre la grève possible à la rentrée. La Fédération Sud Education appelle les personnels du premier degré à tout mettre en œuvre pour empêcher la mainmise des élus locaux sur l’école, sur la liberté pédagogique des enseignants et sur les conseils des maîtres.

C’est tous ensemble qu’on peut gagner, premier et second degré.

Pour l’abrogation du décret modifiant les décrets de 50 ! Contre la mise en place des EPEP !


Agenda

<<

2020

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois