Direction d’école

nos revendications
vendredi 9 octobre 2020
par  SUD Education 63

Il est temps de prendre des mesures concrètes permettant une amélioration des conditions de travail quant à la direction des écoles notamment en augmentant le temps de décharge des personnels à ce poste. mandons une reconnaissance du travail effectué pendant la crise sanitaire.

Blanquer avait annoncé le versement d’une indemnité exceptionnelle de rentrée à l’intention des directeurs-trices à la rentrée 2020. Le décret actant cette mesure a été présenté au CTMEN du 15 septembre. Nous avons appris que cela ne concernerait que les personnes en poste en septembre 2020 et non ceux qui y étaient l’an passé et qui ont désormais un poste d’adjoint.
Les organisations syndicales ont donc déposé un amendement permettant de verser cette prime de 450 euros aux personnels en poste au moment du confinement en reconnaissance de la surcharge de travail provoquée par la crise : gestion de la continuité pédagogique, mise en place du protocole sanitaire en mai, prise en charge de classe sur des journées de décharge pour pallier le manque de personnels… Cet amendement a été rejeté par le ministère alors qu’il a été voté à l’unanimité par les organisations syndicales.
C’est inadmissible, alors que les conditions de travail des directeurs-trices se dégradent d’année en année, le ministère ne reconnaît même pas l’implication de ses personnels pendant la crise.

Alors que les directeurs-trices demandent un allégement de leurs tâches administratives, les enquêtes (gestion du confinement, outil de communication pendant la crise…) continuent d’envahir les boîtes mail des écoles. Ces enquêtes n’ont rien d’obligatoire, elles n’ont d’autres fins que de produire des données statistiques qui serviront sans nul doute la campagne de communication du ministère. Alors ne perdons pas notre temps, ne les remplissons pas !

SUD éducation est opposé à toute forme de création d’une nouvelle strate hiérarchique (statut ou délégation d’autorité pour les directeurs·trices) et considère que les écoles ont besoin de collectif et de solidarité.

Nous revendiquons donc :

  • une affirmation de la gestion collective des écoles et ce dès la formation initiale autour du conseil des maîtres et maîtresses ;
  • un allègement réel des tâches administratives avec l’arrêt des différentes enquêtes qui relèvent plus du management que des besoins des écoles. ;
  • une définition claire des responsabilités en termes de sécurité (PPMS, relations avec les mairies) avec des missions qui doivent être assumées par les DASEN, IEN et collectivités ;
  • une augmentation du temps de décharge, respecté et planifié à l’avance et indemnisé dans le cas où il n’aurait pas lieu faute de remplacement :
    - 10 jours/an pour les écoles 1 classe,
    - 20 pour les 2/3 classes,
    - 25 % pour les 4 à 6 classes,
    - 33 % pour les 7 à 9 classes,
    - 50 % sur les 10 à 13,
    - temps plein au-delà.

Dans un souci de gestion collective des tâches de direction, ce temps devrait pouvoir être partagé entre les collègues d’une même école.


Agenda

<<

2020

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois