E3C : Epreuves Communes de Contrôle Continu du baccalauréat

dysfonctionnements et répression
vendredi 14 février 2020
par  SUD Education 63

La réforme du baccalauréat tente de s’appliquer par la force et sous surveillance policière.
Pétition de soutien à un collègue mis à pied à Dôle en fin d’article.

Les premières épreuves du bac Blanquer ont lieu (ou pas) dans les établissements depuis mi-janvier. Ces épreuves qui doivent se dérouler sur 3 sessions (2 en première, une en terminale) concernent les matières de tronc commun, font du bac Blanquer un bac local : sujets différents selon les établissements, modalités de passation différentes (cours banalisés ou pas, salles en configuration examen ou pas), tentation de préparer spécifiquement ses élèves à l’épreuve, voire communication des sujets choisis aux élèves (comme par un chef d’établissement dans l’académie d’Orléans-Tours par exemple), etc. Le bilan, c’est la perte du caractère national du bac et les possibilités accrues de sélection à l’université. Les enseignant-e-s, qui alertent depuis plusieurs mois sur les méfaits de la réforme du lycée et se battent parallèlement pour sauver le système de retraites créé en 1946, se retrouvent face à un mur, et le déroulement des épreuves est perturbé dans de nombreux établissements (43% selon le SNPDEN, un syndicat de chef·fe·s d’établissement) : refus de choisir les sujets, grève les jours de surveillances, etc.
Or, le Ministère et les Rectorats minimisent la mobilisation qui serait le fait de quelques enseignant·e·s jusque-boutistes, et poussent à l’organisation des épreuves, y compris dans des conditions scandaleuses.
Des exemples :

Parallèlement, une répression inédite s’abat sur les personnels et les élèves qui se battent contre cette réforme injuste : convocations policières, violences policières lors des blocus d’établissements, gardes à vue, menaces de sanctions disciplinaires pour les personnels, menaces de 0 pour les élèves, etc.
À Clermont-Fd, devant le commissariat, l’avocat Jean-Louis Borie, qui a accompagné les personnes convoquées suite à la manifestation au Lycée Blaise Pascal a rappelé que le délit d’intrusion dans un établissement a été instauré en 2010 sous Sarkozy, au prétexte de lutter contre l’intrusion de bandes, mais que le Syndicat des Avocats de France alertait déjà sur sa possible utilisation contre le mouvement social. Il a aussi dénoncé le fichage des militant-e-s, puisque toutes les personnes convoquées ont subi une prise d’empreintes et de photographies.
L’abandon des E3C qui seraient remplacées par 40% de la note de bac sous la forme de “contrôle continu” n’est pas le remède : le bac serait bien un diplôme qui n’aurait plus aucune valeur nationale.
SUD Éducation revendique l’abandon de la réforme des lycées, et le retour à un examen national et terminal.

Communiqué unitaire Halte à la répression ! Ne touchez pas à nos élèves !
Utilisation des Registres Santé Sécurité au Travail au sujet des E3C

Pétition de soutien à Noël Bucher, mis à pied par mesure conservatoire de quatre mois.


Documents joints

PDF - 20.4 ko

Agenda

<<

2020

 

<<

Août

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois