Lycées du Puy-deDôme : dotations horaires catastrophiques

vendredi 15 février 2019
par  SUD Education 63

Depuis début janvier, la préparation de la rentrée 2019 est à l’ordre du jour dans les établissements du second degré et c’est peu dire qu’elle inquiète les personnels. Le budget national de l’EN prévoit la fermeture de plus de 2500 postes en Equivalent Temps Plein (ETP) et un nombre important d’heures supplémentaires (HSA) que les chefs vont répartir et souvent imposer aux enseignants.

Dans l’académie, les collèges devront rendre 41,5 ETP pour une perte de seulement 187 élèves. Dans les lycées généraux et technologiques, c’est une perte de 34.5 ETP que les personnels vont subir alors que les établissements accueilleront 24 élèves en plus. Les lycées professionnels perdront 6 ETP. Pour ce qui concerne le 1er degré, on annonce un chiffre global à zéro alors qu’il faudra perpétuer « la mesure alibi du ministère », le dispositif à 12 élèves dans les classes de CP et CE1 dans les REP et REP+ : ce sont donc les autres enseignants et élèves de maternelle et élémentaire qui feront les frais de cette politique, parfois à l’intérieur de la même école. ; cette politique réactive le vieil adage « diviser pour mieux régner » en créant parfois une ambiance délétère entre collègues et entre écoles.

Dans le 63, le lycée Descartes de Cournon perd 108h dans la DGH (Dotation Globale Horaire) de l’année scolaire prochaine. Le lycée Murat d’Issoire perd 80.5h ; Jeanne d’Arc perd 19.5h, Blaise Pascal en perd 30, le lycée Virlogeux de Riom en cède 91.5. Le lycée Brugière en gagne 220 mais ouvre 3 classes, ce qui relativise grandement l’augmentation ; même chose pour le LP Germaine Tillon à Thiers : le DGH reste stable pour l’ouverture de 2 classes. Cela se conjugue avec la mise en place de la réforme du lycée en classe de première ; les chefs présentent actuellement aux enseignants la répartition des moyens selon des modalités imposées à marche forcée par le ministère. Souvent les collègues qui n’avaient pas vraiment pris la mesure de ce qui est annoncé depuis l’année dernière découvrent, éberlués, l’ampleur des dégâts. Partout, on supprime les dédoublements de classe, y compris dans les disciplines qui comportent des travaux d’expérimentation, toutes les initiatives ou projets menés en parallèle avec l’enseignement plus classique. Les heures d’AP (aide personnalisée) sont souvent supprimées, les heures d’entretien du parc informatique également. C’est d’autant plus facile que le ministre a écrit noir sur blanc que les enseignements de « tronc commun » prévus dans la réforme (donc pour le moment en classe de Première : l’année prochaine, cela concernera aussi les classes Terminale donc ce sera pire) devront se faire à « 35 élèves par division ».

Vendredi 8 février, s’est tenue une réunion d’enseignants de lycées de Clermont et des environs. Elle a réuni 25 personnes qui ont échangé sur la situation, les pertes de moyens prévues pour la rentrée prochaine, et les modalités de la mise en place de la réforme dans leurs établissements respectifs. Sud éducation y a participé ainsi que le Snes, la CGT et FO. Les présents ont envisagé différentes actions de dénonciation de cette politique qui sacrifie les élèves, en particulier ceux et celles qui ont le plus besoin de l’Ecole, et dégrade considérablement les conditions de travail des personnels. Pour le moment, a seulement été retenue l’idée de rencontrer les députés des différentes circonscriptions afin de leur détailler par le menu ce qui va disparaître dans chaque établissement, à la suite des choix politiques du gouvernement. Une adresse internet pour trouver et diffuser de l’information a été ouverte ; pour s’inscrire sur la liste, envoyez un mail à l’adresse : educnat.auvergne-request@ml.free, en indiquant dans le sujet : « subscribe ».

La fédération Sud éducation a voté contre la réforme des lycées au Conseil Supérieur de l’Education (CSE). Sud éducation 63 appelle tous les personnels à se concerter, à tenir des HMI et à organiser toutes les actions de protestation qu’ils jugeront bonnes afin de s’opposer à cette politique éducative qui sacrifie les élèves et les personnels, quelque soit par ailleurs la propagande du ministère qui ose parler, à propos de ces choix, de « justice sociale » ! Des militants et militantes de Sud éducation peuvent se déplacer pour animer des HMI à la demande. Il suffit de nous appeler ou de nous envoyer un mail.

Merci à tous ceux et toutes celles qui nous ont donné des informations relatives à leur établissement. Nous vous demandons de continuer à nous tenir au courant des décisions d’organisation de la mise en place des réformes et des actions que les personnels mettent en œuvre dans leur établissement.


Agenda

<<

2019

 

<<

Juillet

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois